5 erreurs à ne pas faire en cas de reprise

Un tiers des opérations de reprises d’entreprises ne réussissent pas. Certes on évoquera quasi systématiquement les aspects financiers avec en premier lieu, le BFR, la rentabilité, le prix de cession trop élevé …

Mais sortons de cette vision classique et « chiffrée » pour nous arrêter un instant sur les raisons liées à la méthode et au management.

Voici 5 erreurs qui vous feront à coup sûr échouer cette opération

1- Ne pas respecter un haut niveau de confidentialité.

Jusqu’à l’acte définitif, il est nécessaire de respecter et faire respecter à son interlocuteur un niveau de confidentialité élevé afin de ne pas compromettre l’issue de la négociation. Attention, engagement de confidentialité correctement rédigé obligatoire !

 

2- Ne pas communiquer sa vision aux salariés.

La motivation des salariés passe une vision claire du projet, des objectifs et du « chemin » fixé par la nouvelle direction générale. Attention aux doutes et inquiétudes qui naissent dans la tête des équipes de l’entreprise reprise !

 

3- Ne pas fidéliser les éléments clés de l’entreprise et négliger l’intégration des nouvelles équipes. Attention, lors de périodes de « flottement post cession» vos meilleurs salariés risquent d’être chassés par vos concurrents !

 

4- Ne pas profiter de la diversité.

Reprendre une entreprise ne se limite pas à un audit. Il faut prendre le temps d’examiner ses spécificités, même peu exploitées, ce qui permettra peut-être de développer de nouvelles idées, nouveaux produits, nouvelles méthodes. Attention : ce n’est pas parce qu’une entreprise est à la vente que le process du côté du repreneur doit se limiter à une réflexion immédiate sur la rentabilité !

 

5- Ne pas être conseillé. Entourez-vous d’une vraie équipe projet : avocat, conseil de haut de bilan, expert-comptable, conseil en ingénierie financière, auditeur social dans certains cas. Attention : votre seule perception du dossier ne suffira pas !

 

 

 

Evidemment ces 5 points, examinés rapidement, ne sont pas exhaustifs.

Mais ils mettent en évidence que la reprise d’entreprise n’est pas qu’une affaire d’EBE, de BFR et de ligne de crédit.

Une entreprise c’est avant tout des femmes et des hommes, des savoirs faire … le management des nouvelles équipes sera un des facteurs clés de la réussite. Et comme vous l’avez remarqué ceci n’apparait pas dans un plan de trésorerie 3 ans...

 

Cabinet RESOLVYS

Jean Louis PICOLLO

www.cession-reprise.fr

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0